Comment faire une squeeze page efficace

Le marketing par email fonctionne encore très bien.

squeeze page
Rien de tel qu'un swipe file ou qu'un générateur d'accroches pour créer des titres efficaces et vendeurs

Une bonne squeeze page peut transformer vos efforts en un véritable succès.

Dans le marketing par email, la première étape de vos relations avec un prospect est la squeeze page ou page d’atterrissage.

Cette page est spécifiquement destinée à convertir les visiteurs en prospects en leur suggérant avec diplomatie de vous permettre de leur envoyer des emails.

Je me propose de décortiquer le ce mécanisme.

1. Quels prospects voulez-vous sur votre liste ?

Cette étape est cruciale et pourtant, elle est souvent négligée.

Vous ne pouvez pas gagner la confiance des visiteurs sans une compréhension claire de qui vous voulez avoir sur votre liste.

Sautez cette étape et vous n’arriverez pas à concevoir un message qui résonne suffisamment fort pour susciter l'intérêt et gagner la confiance de vos visiteurs.

Une liste ‘attrape tout’ composée de bric et de broc va inévitablement conduire à des résultats médiocres.

Vous voulez au contraire une liste ciblée et réactive qui parle le même langage que vous.

Prenez le temps pour analyser qui vous voulez vraiment sur votre liste en fonction de votre but ultime. Vous saurez alors comment «parler leur langue" dans votre squeeze page.

2. Que voulez-vous qu'ils fassent?

Votre squeeze page a un but et un seul : convaincre les visiteurs à s'inscrire à votre liste d'email.

Ne croyez pas que vous puissiez vendre un produit à vos visiteurs et en cas d’échec espérer récupérer leur email.

Ayez au contraire un objectif clair et ciblez votre message en conséquence.

Si vous pensez que votre page doit vendre, retirer la partie squeeze page et si vous pensez l’inverse, retirer toute référence à vos produits. Autant que faire se peut, retirez aussi la navigation car tout ce qui distrait le visiteur de votre objectif principal fait baisser votre taux de conversion.

La clef du succès c’est : une page, une seule action.

3. Quels sont les éléments essentiels d’une squeeze page ?

  • Un titre accrocheur aussi magnétique que possible. Il doit immédiatement capturer l’intérêt du lecteur.
  • Les bénéfices pour le souscripteur. Faites quelques puces promesse pour susciter l’intérêt
  • Un formulaire d’inscription. Ne demandez que l’email et éventuellement le prénom de vos visiteurs. Toute autre demande va faire baisser vos taux de conversion.
  • Un appel à l'action: vous devez dire explicitement aux visiteurs ce qu’ils doivent faire pour s’inscrire.
  • Eventuellement des éléments de preuve de l’intérêt de votre offre. Par un exemple un témoignage d’un abonné, ou le nombre d’abonnés ou des coupures de journaux (attention au copyright. Ne mettez que de courts extraits et jamais une photocopie d’un journal)
  • Une incitation (cadeau) à souscrire (voir ci-dessous)
  • Le rappel de votre politique de protection de la vie privée

4. Quelle incitation devez-vous donner?

C’est devenu classique de donner un cadeau substantiel aux nouveaux souscripteurs.

Ce peut être un ebook un minicours gratuit, un webinaire, un logiciel ou tout autre produit immédiatement utilisable.

Ne vous risquez surtout pas à offrir un cadeau sans intérêt. Vous risqueriez de complètement détruire votre image de marque et encourager vos prospects à se désabonner. Au contraire, offrez un cadeau très intéressant qui permet au prospect de progresser dans son projet.

Dans certains marchés, beaucoup de souscripteurs s’abonnent en donnant un email ‘poubelle’. Ou bien ils se désabonnent immédiatement après avoir reçu le cadeau. Pour contrer cette pratique, vous avez intérêt à offrir un mini cours plutôt qu’un ebook.

Pensez à ajouter un autre petit ‘cadeau surprise’ dans les premiers emails que vous envoyez pour que les gens prennent l’habitude de lire vos emails et rester abonnés. La clé est que vos abonnés réalisent que vous apportez un contenu substantiel et qu’ils ont intérêt à rester longtemps avec vous

5. Quelle doit être la longueur de votre squeeze page ?

La réponse standard à cette question est une lapalissade : aussi longue que nécessaire, mais pas plus.

Théoriquement, vous pouvez vous contenter d’un titre, d’un bénéfice, d’un appel à l’action et d’un rappel de votre politique de respect de la vie privée.

Donc, une squeeze page est souvent beaucoup plus courte qu’une lettre de vente. Mais rien ne vous oblige à adopter un format court. Vous pouvez parfaitement ajouter quelques témoignages ou d’autres arguments. Faites plusieurs versions, faites un split test pour comparer les taux de réponse et concluez.

6. Quelles informations devrez-vous demander?

La réponse ici est indiscutable : le moins possible

Je recommande de demander seulement l’email, et à la rigueur le prénom.

Dans certains cas, par exemple le CPA, vous êtes obligé de demander des informations supplémentaires.

Dans le monde b2b, beaucoup de marqueteurs demandent aussi le nom, le téléphone et le nom et l’adresse de la société. Je pense que ce n’est pas souhaitable.

Je pense qu’il vaut bien mieux fournir des informations de qualité et laisser le lecteur demander un contact ultérieurement. Plus vous donnez confiance, et plus les gens s’ouvriront à vous facilement.

Pour confortez vous choix, n’oubliez pas de faire des split tests.

7. Faites des tests comparatifs

On vient de voir ce qui marche habituellement le mieux en matière de squeeze page. Mais rien n’est simple dans le marketing et en particulier dans le marketing internet et la VPC.

Des changements en apparence infime dans votre message peuvent avoir une influence considérable sur vos taux de conversion.

Ne négligez jamais de faire des tests comparatifs entre plusieurs versions. Vous pouvez le faire gratuitement avec GWO (Google Website Optimiser).

Changez votre titre, votre bénéfice, les photos, la formule de respect de la vie privée…

GWO vous permet de faire soit du split testing soit du multivariate

Dans le split testing, vous choisissez deux versions d’une page et vous envoyez les visiteurs tantôt sur l’une tantôt sur l’autre. Quand vous avez reçu environ 30 clicks de conversion sur la version la plus mauvaise, vous supprimez la version la moins bonne et vous la remplacez par une autre. Puis vous recommencez jusqu ‘à ce que vous ne trouviez plus d’amélioration.

Dans le multi-variate, vous choisissez plusieurs variantes pour chaque éléments (eg : titre, photo…). Vous placez un peu de code pour GWO et vous laissez GWO choisit les versions qui lui paraissent statistiquement les meilleures. Après quelques jours ou quelques semaines, GWO vous donne un diagnostique de ce qui, à leur avis, est la meilleure combinaison pour vos divers éléments.

Les deux méthodes sont complémentaires. Si par exemple vous voulez tester une page complètement différente (eg : horizontale vs verticale, avec ou sans photo, avec ou sans cadeau), le split est plus facile à mettre en œuvre. Au contraire, pour tester de tous petits changements, le multivariate est plus adapté

Parfois, vous serez obligé de regarder au delà de la squeeze page. Il se pourrait que vos visiteurs souscrivent en grand nombre, mais n’achètent pas. On voit de temps en temps des cas d’études dans lesquels un webmaster a préféré sacrifier le nombre de souscripteurs pour avoir plus de ventes au bout du compte.

Quand vous concevez une squeeze page, suivez nos conseils et commencez par la simplicité. Puis vous tournez en spirale autour de votre solution initiale jusqu’à ce que vous arriviez à l’optimum.

Autres ressources

 
Temps de chargement: 30 (0) ms